Post-post-production (extraits)


Vidéo SD, 120', 2004
Réalisation : Julien Prévieux 
Courtesy Jousse entreprise

Parce que Le monde ne suffit pas, Julien Prévieux retruque intégralement l’épisode éponyme de la série des « James Bond » : chaque plan est agrémenté d’effets spéciaux supplémentaires comprenant explosions, incendies, déferlantes d’eau ou avalanches… Ainsi augmenté, le film est ramené à une surface – un écran de fumée d’où émergent ici et là quelques bribes d’action. L’accumulation d’effets visuels crée un nouveau rythme qui se substitue à celui de la narration. Adoptant une posture faussement mimétique, l’artiste prolonge la chaîne de production et propose spontanément des « améliorations ». Répondant à une logique de surproduction économique plus qu’à une tentation de remake, il surenchérit ad nauseam sur la débauche d’effets propre à l’industrie hollywoodienne pour l’amener à son point d’implosion.